Au début ou en fin de repas, quelques feuilles de verdure apportent un gage de fraîcheur à vos menus.

Bonne nouvelle : on trouve, toute l’année, différentes variétés à maturité.

D’octobre à février : les chicorées

Dans la famille des chicorées, on trouve surtout des scaroles ou des frisées sur les étals. Leur goût amer peut rebuter. Elles sont pourtant une parfaite source de calcium et de potassium. Les feuilles rouges, vertes ou jaunes permettent de créer des assiettes colorées.

Pour un assaisonnement original, on leur associe une vinaigrette aux agrumes ou des épices, comme le curry ou le cumin. On conserve les feuilles entières lavées et essorées dans une boîte hermétique. A consommer rapidement.

De septembre à mai : le cresson

Deux variétés de cresson dominent le marché français. Le cresson alénois, et son goût poivré, se déguste en jeune pousse. Le cresson de fontaine, à la saveur presque piquante, s’apprécie à maturité.

Autrefois plante sauvage, le cresson est aujourd’hui cultivé dans le Nord de la France pour ses apports en fer et en vitamines.

Cru, le cresson s’accompagne le plus souvent de pommes ou de noix. On peut également le manger cuit, poêlé à l’huile de noisette avec du poisson ou en friture associé à un rôti.

De mai à septembre : la laitue

Originaire des montagnes du Kurdistan, la laitue est aujourd’hui le cinquième légume le plus consommé en France. Ses variétés se comptent par centaines.

La batavia, la romaine ou la feuille de chêne sont les plus connues.

Riche en fibres, vitamine C, minéraux et oligo-éléments, la laitue est également très peu calorique.

A lire aussi : bienfaits et vertus de la laitue

Elle est l’ingrédient idéal pour une salade fraîcheur ou un sandwich. Cuite, sa texture fondante permet de relever un plat de légumes ou une soupe.

D’octobre à avril : la mâche

Salade d’hiver par excellence, la mâche regorge de bêta-carotène, de fibres et d’Oméga 3. Ronsard vantait déjà ses mérites à la Renaissance.

Les producteurs français, notamment en Loire-Atlantique, ont suivi ses conseils. Ils sont aujourd’hui les premiers pourvoyeurs européens de cette denrée.

Fragile, la mâche crue doit être assaisonnée à la dernière minute afin de conserver son croquant. De même, les longues cuissons dénaturent son goût. On les fait cuire au beurre ou dans une casserole d’eau sept minutes maximum.

Un parfait accompagnement pour un foie gras ou un magret de canard.

M.B.

Crédits photos : Salade : ©Rprongjai Fotolia, Salade Mache : ©Nickola-che Fotolia

  • magatte Dieye a écrit le 12 mars 2016 à 11 h 03 min

    une bonne digestion apporte une bonne santé il faut manger des légumes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Salades : bout des feuilles puis la totalité blanchissent
Posté par Jardin_Bio le 04 octobre 2017

Glycine mangée par un parasite qui la transforme en papier mâché
Posté par looping62620 le 18 avril 2017

Mâche qui ne pousse pas
Posté par caramel34 le 13 septembre 2016

Mâche cultivée à l'intérieur?
Posté par Floris le 08 juin 2015

Donne graines de laitue "craquerelle" en échange de votre choix
Posté par Floris le 01 avril 2017

Laitue, betterave rouge.Quand semer pour éviter la montée à graines ?
Posté par caramel34 le 03 juillet 2016

Chicorées et endives.
Posté par Brubruh91 le 10 avril 2015