Afin que vos espaces de plantations deviennent des lieux de développement écologique, voici quelques conseils et solutions simples. Du bon sens dans le bon sens.

Qu’il s’agisse de la récupération des eaux de pluie, de la connaissance des végétaux et du sol, de l’accueil des oiseaux… Les approches traditionnelles de la nature sont toujours d’actualité.

A lire aussi :

Mariez les cultures

Associez les végétaux : plantez la lavande au voisinage du thym, l’un et l’autre peuvent supporter un peu de sècheresse. Mariez tomates et œillets d’Inde, ces derniers protègeront les premières des aleurodes ou mouches blanches. Les choux apprécient le voisinage du céleri qui éloigne la piéride, papillon blanc dont la chenille dévore les feuilles de chou…

Pratiquez la rotation des cultures pour ne pas épuiser les réserves du sol et limiter la propagation des parasites.

Et ne laissez jamais le sol nu ; plantez des engrais verts à la fin des récoltes.

A lire aussi : Bien marier les légumes entre eux

Économisez l’eau

Quelques habitudes, faciles à prendre, permettent d’économiser l’eau et de la recycler en partie. Grâce à l’utilisation de citernes de récupération, de diffuseurs goutte-à-goutte et autres tuyaux troués, le jardinier gère au mieux cette source vitale.

Si vous ne possédez qu’une terrasse voire un balcon, cela n’empêche pas de récupérer l’eau de pluie ! Connaître les besoins des plantes et bien préparer la terre limitent l’évaporation de l’eau.

Si vos plantes sont assoiffées, l’utilisation des techniques d’infiltration et d’irrigation sans oublier le paillage permet aussi de ne pas gaspiller.

A lire aussi : Utiliser l’eau de pluie au jardin

Des auxiliaires bio

Dans le potager, des abris spéciaux sont disposés pour accueillir les coccinelles : elles mangent jusqu’à 150 pucerons par jour.

La chrysope est aussi un prédateur vorace qui s’attaque aux pucerons, aux doryphores, acariens, citadelles et jeunes chenilles. D’avril à octobre, ils sont une précieuse aide biologique contre les ravageurs et les maladies. Tout comme les oiseaux que vous ferez revenir en plantant des haies et des arbustes généreux en fruits.

A lire aussi :

Compostez !

Enfin, tous les déchets organiques « sains » permettent d’alimenter en humus l’ensemble des végétaux ce qui contribue à un bon équilibre en éléments nutritifs et à une bonne structure du sol.

Un silo à compost derrière la maison – et pourquoi pas un conteneur de moindre importance sur un balcon – est donc indispensable.

A lire aussi : apprendre à bien composter

M.-C. D. 

Crédit photos : Gnis

  • Provence Outillage a écrit le 11 mai 2018 à 15 h 19 min

    Les informations sur l’arrosage sont très intéressantes, je rajouterai qu’il vaut mieux arroser au lever ou au coucher du soleil mais pas en milieu de journée, justement pour éviter l’évaporation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand traiter bio les arbres fruitiers pour éviter les vers ?
Posté par Tupayo le 19 avril 2018

Engrais Bio testé avec un résultat spectaculaire.Qu'en penser ?
Posté par LesMainsVertes le 10 avril 2018

Retour sur ma première année de jardinage au potager
Posté par oberline le 20 septembre 2017

Discussion sur les méthodes de jardinage de Pascal Poot
Posté par Mavinken le 30 juillet 2017

Jardinerie en ligne avis
Posté par oberline le 17 avril 2018

Jardiner avec la lune . Vocabulaire et conseils pratiques
Posté par Rol le 05 février 2017

Petit sapin en jardinière.Branches intérieures sèchent
Posté par Azure le 14 août 2018

Eau de piscine pour arrosage du jardin.Est-elle dangereuse ?
Posté par Floris le 10 août 2018

Lavande en jardinière paraît sèche
Posté par Julie34 le 12 juillet 2018