Connexion
Accueil / Jardinage / Maladies et parasites / La cheimatobie, une chenille arpenteuse redoutable pour les fruitiers

La cheimatobie, une chenille arpenteuse redoutable pour les fruitiers

Cheimatobie - Phalène brumeuse - Operophtera brumata
0

Peut-être avez-vous déjà aperçu cette drôle de chenille verte qui se déplace en ondulant sur les feuilles de nombreux arbres ou arbustes fruitiers ? Cette chenille s’appelle la cheimatobie (Operophtera brumata), autrement nommée chenille arpenteuse de par son mode de déplacement. Elle est la larve dévastatrice d’un papillon de nuit d’une grande discrétion.

La cheimatobie, papillon discret, chenille vorace

Avant toute chenille, il y a un papillon. L’Operophtera brumata est un papillon de nuit qui passe facilement inaperçu. Le mâle, doté d’une envergure de 20 à 30 mm, possède des ailes antérieures jaune-gris, légèrement ondulées. La femelle est plus sombre. Elle a surtout la particularité d’être dépourvue d’ailes, ce qui l’oblige à ramper sur le sol ou sur les branches d’arbres où elle s’accouple.

Quant aux chenilles qui naissent de leur union, elles sont entièrement vertes, rayées de trois lignes longitudinales blanches, longues d’environ 20 mm et plutôt fines. Elles se déplacent en arpentant grâce aux pattes qu’elles possèdent à l’avant et à l’arrière du corps. Elles adoptent ainsi une démarche particulière.

Le cycle de vie de la cheimatobie

  • Le vol nuptial a lieu entre octobre et décembre
  • Une fois fécondée, la femelle pond de 200 à 300 œufs dans l’écorce des arbres, près des bourgeons d’hiver. Ovales, vert pâle puis orange, ces œufs hivernent pendant tout l’hiver
  • Les œufs éclosent au moment du débourrement dès le mois de mars-avril. Les larves qui en sortent se nourrissent des fleurs qui éclosent, des bourgeons et de jeunes feuilles, et plus tard des fruits. À la faveur du vent, elles peuvent même se déplacer vers d’autres arbres
  • En mai, les larves se laissent descendre jusqu’au sol le long d’un fil de soie où elles se nymphosent
  • Les adultes ne sortent qu’en toute fin d’été

Quels sont les dégâts occasionnés par cette chenille arpenteuse ?

Dégats Cheimatobie - Phalène brumeuse - Operophtera brumataLa chenille de l’Operophtera brumata peut causer des dégâts considérables sur les arbres fruitiers à floraison précoce, plantés non loin des forêts. En effet, elle a une prédilection pour les feuillus comme le noisetier, le charme, l’aubépine, le hêtre, l’érable… mais aussi les arbres fruitiers (abricotier, cerisier, pommier, poirier, châtaignier…et même les arbustes à petits fruits (framboisier, groseillier, cassissier…)

Comme elle s’attaque aux feuilles, aux bourgeons et aux fleurs, la fructification peut être grandement impactée. De plus, elle ne dédaigne pas les jeunes fruits.

Comment lutter contre cette chenille verte ?

En cas d’attaque avérée, on peut déployer une lutte directe, mais la prévention prime.

La lutte directe

  • Supprimer les chenilles, bien visibles, manuellement si c’est possible
  • Pulvérisez l’insecticide naturel à base du Bacillus Thuringiensis (BT) juste avant la floraison, par temps doux

La lutte préventive

La prévention passe par plusieurs mesures qui favorisent la biodiversité et respectent l’équilibre des écosystèmes. Ainsi, les mésanges charbonnières, bleues ou noires, sont de grosses consommatrices de chenilles. En installant des mangeoires et des nichoirs dans votre jardin, vous favoriserez leur présence en hiver et au printemps.

Traitement Cheimatobie - Phalène brumeuse - Operophtera brumataD’autres oiseaux du jardin au régime alimentaire insectivore, souvent présents dans les vergers, comme le rouge-gorge, le rouge-queue noir ou à front blanc, la sittelle torchepot…peuvent aussi être efficaces contre la cheimatobie.

De même, si vous avez des poules, n’hésitez pas à les lâcher autour des arbres et arbustes fruitiers entre mai et juin au moment où les larves descendent au sol.

La pose de pièges à phéromones, entre octobre et janvier, est également utile pour repérer l’activité sexuelle des mâles et éviter les accouplements. Au début de l’automne, de septembre à décembre, la pose de colliers de glu sur les troncs empêche les femelles de grimper sur les branches pour pondre

Enfin, il est également judicieux de badigeonner les troncs au lait de chaux.

Ceci va aussi vous plaire :


©TomaszKlejdysz, ©Hans, ©Anders93


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *