semis interieur

Dès la fin d’hiver, la période des semis à l’abri commence. Bien choisir le matériel et connaître les conditions idéales sont indispensables pour réussir les jeunes plants à repiquer au jardin ou dans des contenants.

Le semis à l’abri a pour principaux avantages de permettre la germination et de protéger les plantules du froid lorsque les températures ne sont pas encore optimales. Avec cette méthode vous gagnerez du temps sur les floraisons et les récoltes !

Quel matériel pour un semis à l’abri ?

Les contenants

La méthode la plus classique reste celle du semis en terrine ou en caissette, avec la variante ‘mini serre chauffante’ pour les plantes qui réclament une chaleur de fond constante.

Les plaques alvéolées sont très pratiques et économes car elles permettent de semer une seule graine par alvéole et de repiquer les plantules rapidement.

Les godets de tourbe ont l’avantage de pouvoir être plantés directement en pleine terre au moment de la plantation.

Le substrat

Le substrat doit être léger et drainé pour réaliser les semis. Il existe des terreaux spécifiques, mais vous pouvez aussi composer votre mélange à base d’un terreau horticole et de sable de rivière. Astuce : ajoutez un peu de poudre de charbon de bois dans le mélange afin de lutter contre diverses maladies cryptogamiques comme la fonte du semis.

Pensez aussi au lit de drainage constitué de billes d’argiles, graviers ou de perlite pour drainer le fond de vos contenants.

Les étiquettes

Etape finale importante, n’oubliez pas de noter sur des étiquettes les variétés semées et la date du semis afin de pouvoir vous y retrouver.

Les conditions indispensables

En intérieur, qu’il s’agisse d’un semis dans une véranda, un jardin d’hiver, une serre ou même une habitation, la température doit rester constante le temps de la germination.

Selon les plantes, un simple abri hors gel peut suffire, pour d’autres comme les tomates, les melons ou les plantes tropicales, une chaleur comprise entre 18 et 24°C est nécessaire.

  • Une bonne luminosité est essentielle pour que les plantules lèvent bien et poussent sans s’étioler.
  • Prévoyez un emplacement très lumineux mais sans soleil direct pour vos semis, sous peine de voir des brûlures sur les jeunes feuilles.
  • L’arrosage est primordial pour assurer un bon démarrage des plantules.

Le substrat doit rester légèrement humide en permanence mais jamais détrempé au risque de voir pourrir vos semis !

La bonne période

Le semis en intérieur est généralement réalisé de la fin de l’hiver au tout début du printemps, sur les plantes potagères ( tomates, cucurbitacées, piments, ou aubergines) et les annuelles ornementales frileuses (zinnias, œillets d’inde, cosmos, etc.).

Les plantes vivaces comme les achillées, gauras, coréopsis ou heuchères sont semées sous abri dès le mois de février pour une mise en place au jardin en automne.

Les plantes bisannuelles comme les pensées, giroflées ravenelle et bien d’autres sont semées en fin d’été ou en début d’automne pour être conservées à l’abri et plantées au printemps suivant.

Réussir ses semis

Voici quelques clés pour réussir les semis à l’abri. Tout d’abord, ménager une couche de drainage au fond du contenant. Ensuite, bien tasser le substrat avant de placer les graines espacées pour ne pas obtenir un semis trop serré.

Recouvrir seulement d’une fine pellicule de substrat (environ deux fois la taille de la graine) afin de ne pas étouffer les semences.

Pour finir, humidifier les jeunes semis en brumisant, à l’aide d’un pulvérisateur, pour ne pas déplacer les graines.

En partenariat avec Hydrozone.fr

Copyright : F.Marre – Rustica

Légende photo : Sous une serre, réaliser des semis en hiver pour les repiquer au printemps dans le jardin.