Connexion
Accueil / Le Jardinage / Maladies et parasites / La cochenille farineuse, la reconnaître et la traiter

La cochenille farineuse, la reconnaître et la traiter

cochenille farineuse
0

Les cochenilles farineuses sont des parasites courants sur les plantes d’intérieur et sur les cultures sous serre ou hivernées en véranda. Reconnaissables aux amas blancs et poudreux dont elles se couvrent, elles piquent les tissus des végétaux et en sucent la sève. En cas d’infestation sévère, la plante attaquée peut périr. Elles sont aussi à l’origine de l’apparition de la fumagine. Apprenons à les identifier pour mieux lutter contre leur invasion.

Comment identifier les cochenilles farineuses ?

cochenilles farineuses identificationLes cochenilles farineuses sont des hémiptères de la famille des Coccoidea, et du sous-ordre des Pseudococcidea. Il en existe différentes espèces parmi les Pseudococcus, les Phenococcus, les Planococcus ou les Rhizoecus.

Toutes se distinguent par l‘amas blanc et cotonneux, faisant penser à la farine, imperméable à l’eau, dont elles s’entourent. Ces sécrétions filamenteuses, appelées ovisacs, leur permettent de se protéger de leurs prédateurs. Elles y pondent aussi leurs œufs ovales et jaune clair.

Les cochenilles femelles adultes sont dotées de 3 paires de pattes et d’antennes, dissimulées sous le corps ovale et bombé. Des filaments plus ou moins longs parsèment leurs corps.

Munies d’un rostre, ces cochenilles, qui ressemblent à des cloportes au corps rosé, piquent les tissus des plantes et ponctionnent la sève pour se nourrir. C’est en effet dans la sève qu’elles trouvent les protéines dont elles ont besoin pour leur développement. Ces cochenilles farineuses mesurent jusqu’à 5 mm. Ce sont essentiellement les femelles et les larves qui causent des dégâts. Les mâles ailés sont uniquement destinés à la reproduction et ne se nourrissent même pas.

Quel est leur cycle de vie ?

cochenille farineuse cycle de vie

  • La femelle pond ses œufs par centaine sur ou sous les feuilles adultes puis meurt
  • Les larves de cochenilles éclosent. Colorées de jaune, de rose clair ou de marron, elles sont très mobiles et peuvent se déplacer d’une plante à une autre
  • Les larves évoluent une première fois, elles deviennent moins mobiles et produisent des filaments blancs d’aspect cireux
  • À la troisième phase larvaire, les cochenilles peuvent se reproduire avec les mâles qui ressemblent à des moucherons. Certaines espèces se reproduisent par parthénogenèse.
  • En hiver, les nymphes de cochenilles hivernent dans la terre ou des interstices.

Ce cycle se déroule sur 40 à 60 jours et se renouvelle constamment tant qu’il y a de la nourriture, c’est-à-dire une plante hôte, et des températures supérieures à 13 ° et inférieures à 25 à 30 °C et une humidité relative. Une surfertilisation azotée favorise aussi leur développement. Tout comme le stress hydrique.

À quelles plantes s’attaquent les cochenilles farineuses ?

Souvent, les cochenilles farineuses arrivent chez vous sur une nouvelle plante déjà infestée, nouvellement achetée, ou bien sur les mains, les outils, les vêtements… Ces cochenilles farineuses s’attaquent aux plantes conservées en serre ou en véranda, comme le laurier-rose (Nerium sp.), le laurier-sauce (Laurus nobilis), le lantana, le bégonia…Elles ont aussi une prédilection pour les agrumes cultivées en pot, et en particulier les citronniers. Les plantes exotiques comme la cordyline, les succulentes et les plantes grasses…subissent aussi ses piqûres.

Enfin, à l’intérieur, les cochenilles farineuses apprécient le feuillage du croton (Codiaeum), du dracaena, du coléus (Solenostemon), du ficus, des orchidées

Les cochenilles farineuses affaiblissent les plantes, qui stoppent leur croissance. Les tiges et les feuilles se déforment, ils jaunissent, sèchent et tombent. Indirectement, les cochenilles farineuses ont un impact sur la floraison et éventuellement la fructification.

Comme elle secrète du miellat, la fumagine se développe sur les feuilles.

Traitement contre les cochenilles farineuses

  • Frotter les cochenilles farineuses avec un coton tige imbibé d’alcool à 90 °C puis rincer les feuilles à l’eau
  • Pulvériser un mélange de savon noir, d’alcool à brûler ou à 90 °C et d’huile végétale (olive, colza…)
  • Passer coup de jet puissant sur les plantes en serre

Tous ces traitements doivent être renouvelés très régulièrement car les cochenilles farineuses sont coriaces. Et si vous ne parvenez pas à vous en débarrasser, le mieux est de couper les branches infestées, voire de jeter la plante avant que les cochenilles farineuses ne migrent ailleurs.

En serre, il est possible de lutter biologiquement contre les cochenilles farineuses via l’introduction de prédateurs naturels, sous forme d’œufs, de larves ou d’adultes. Parmi les prédateurs, Cryptolaemus montrouzieri, une coccinelle, est très efficace tout comme les chrysopes.

Comment éviter le développement des cochenilles farineuses ?

Plutôt que d’avoir à lutter (difficilement) contre les cochenilles farineuses, mieux vaut éviter leur apparition. Comment ?

comment éviter cochenille farineuse

  • Inspecter avec soin les plantes nouvellement achetées qui peuvent subir une petite quarantaine avant de rejoindre la serre, la véranda ou votre intérieur
  • Aérer régulièrement votre serre ou votre véranda
  • Offrir de bonnes conditions de culture aux plantes, en termes d’arrosage et de fertilisation
  • Sortir vos plantes dès que vous pouvez, évidemment en période hors gel et en les protégeant du soleil direct. Un jour de pluie est idéal car les cochenilles farineuses ne l’apprécient pas du tout. De plus, à l’extérieur, les plantes seront « nettoyées » par les prédateurs
  • Bien nettoyer la serre et la véranda dès la fin de l’hiver.

©Kckate16 ©Radila Radilova ©ViniSouza128 ©Asiandelight ©Tomasz Klejdysz


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *