Une couche chaude, c’est quoi exactement ?

couche chaude

Vous habitez une région où les hivers sont parfois froids et longs mais avez envie de déguster des légumes primeur ? La couche chaude est une technique simple, basée sur un châssis, qui vous permettra de récolter vos légumes dès janvier ou février suivant les régions.

Une couche chaude, comment ça marche ?

La couche chaude est en fait un tapis à la chaleur constante qui permet de cultiver des plantes délicates ou des légumes en primeur. Bien évidemment, il est possible d’utiliser des résistances électriques ou des mini-serres… Mais la couche chaude est nettement moins onéreuse, plus simple à mettre en place et surtout plus écologique que ces solutions.

La couche chaude est constituée d’un châssis en bois (ou en parpaings) dans lequel est posé un fond de fumier frais additionné de feuilles mortes ou de branchages broyés et recouvert de terreau. Ces couches successives forment un lit très douillet pour accueillir des cultures de légumes en janvier février alors que les températures sont encore froides.

Idéalement, la couche chaude se met en place dès le mois de novembre ou décembre, des mois où les activités au potager sont plus réduites.

À la base de la couche chaude, un châssis

Pour constituer une couche chaude, il faut obligatoirement un châssis. Si vous n’êtes absolument pas bricoleur, vous pouvez vous en procurer un dans un magasin spécialisé. Mais la réalisation d’un châssis en bois reste accessible à tous…

couche chaude châssisCe châssis est facile à fabriquer avec des planches de coffrage ou des palettes, ou n’importe quelles planches de récupération. Il vous faut également un vitrage pour poser sur le dessus. Ce vitrage peut être une plaque de plexiglass ou mieux encore une vieille fenêtre. Le verre sera beaucoup plus isolant que polyméthacrylate de méthyle.

  • Coupez quatre planches d’environ 2 mètres de long et 4 autres planches de 80 cm à 1 m de large. Si vous avez récupéré une ancienne fenêtre, le plus simple est de fabriquer votre châssis à ses dimensions.
  • Vissez les planches à l’aide de tasseaux angulaires pour former un rectangle
  • Fixez vous plexiglass ou votre vieille fenêtre sur le dessus du châssis à l’aide de deux charnières
  • Posez deux poignées sur le montant de la fenêtre et un liteau latéral pour laisser le couvercle ouvert en cas de soleil

À présent que votre châssis ou caisson est fabriqué et mis de côté, reste à créer la couche chaude.

Comment créer une couche chaude ?

Pour être totalement efficace, votre couche chaude doit être exposée plein sud afin de bénéficier au maximum du soleil hivernal.

couche chaude châssis

  • Creusez un trou profond de 40 à 50 cm aux dimensions de votre châssis
  • Posez au fond du trou une bonne couche de fumier de cheval frais additionné de feuilles mortes et de déchets végétaux comme les dernières tontes de gazon conservées ou des branchages broyées.
  • Tassez avec les pieds
  • Arrosez copieusement
  • Placez le coffrage de votre châssis
  • Ajoutez environ une vingtaine de centimètres de terreau sur la couche constituée de fumier et de déchets végétaux

Si vous habitez dans une région où les hivers peuvent être rigoureux, vous pouvez entourer votre châssis de bottes de paille.

Si vous ne disposez pas de fumier de cheval, utilisez un autre fumier dit chaud comme le fumier d’ovins (moutons ou chèvres) ou de lapin.

La montée en température de la couche chaude

La couche chaude va passer par différentes phases dès lors que la fermentation commence. Pendant une dizaine de jours, la couche chaude va afficher une température de 60 à 70 °C. Pendant cette phase, il est important de… ne rien faire !

couche chaude cultureEnsuite, la température va se stabiliser autour de 20 à 25 °C.

Petit à petit, la température va doucement baisser. Mais, en laissant le châssis fermé, vous maintiendrez une température correcte autour de 15 à 20 °C. C’est la température idéale pour commencer quelques semis ou installer des godets ou terrines.

Quelques conseils en plus :

  • Si le soleil brille, n’hésitez pas à entre-bailler le couvercle pour aérer l’intérieur.
  • N’oubliez pas de le refermer le soir.
  • Si les gelées nocturnes font largement baisser le thermomètre, recouvrez votre vitre d’une vieille moquette.

Pour être sûr de la température qui règne dans votre châssis, l’achat d’un thermomètre de compost est recommandé.

Que semer ou planter dans une couche chaude ?

couche chaude cultureCette couche chaude va vous permettre d’installer des godets de plantes potagères semées et démarrées à l’intérieur comme les tomates, les courgettes, les courges

En mars, si vous ne disposez pas d’une véranda, idéale pour produire vos plants de légumes du soleil, vous pourrez y faire vos semis directs de tomates et courgettes, aubergines, poivrons et piments, melons...

Vous pouvez aussi semer directement dans le terreau des légumes qui seront récoltés en primeur, plus tôt dans la saison. Ainsi, dès le mois de janvier ou février, vous pourrez semer des carottes précoces, des radis, des épinards, des laitues, des navets...

La couche chaude est aussi indispensable pour cultiver des poireaux d’été.

Conseil malin

Quelles que soient les cultures que vous menez dans votre couche chaude, n’oubliez pas d’arroser en pluie assez régulièrement. Et pensez à vérifier la température tout aussi régulièrement.


Pour aller plus loin :

©Halamka, ©Pascale Bigay, ©Janine Lamontagne, ©Lowkick