Un jardin blanc

jardin blanc - fleurs blanches

Plus besoin de se casser la tête à chercher l’harmonie parfaite entre les couleurs. Un jardin blanc offre une simplicité rafraîchissante. On veillera à introduire le maximum de floraisons blanches en n’oubliant pas d’y faire ressortir des feuillages de textures variées en guise de respirations.

1- Un jardin monochrome

Le pouvoir du blanc

Autant les couleurs vives s’accordent à vibrer avec la lumière du Sud, les pastels avec celle du Nord, autant les blancs vont avec tout. Ce défaut de pigmentation se retrouve pratiquement dans tous les genres de fleurs, il s’agit du caractère « albinos ». La couleur n’attire pas les insectes mais la plupart du temps, les plantes ont pallié ce handicap par le parfum qu’elles diffusent. C’est en effet chez les fleurs blanches que les effluves sont les plus puissants.

Comment le faire vibrer ?

composition fleurs blanche - jardin blanc
Une bordure de santoline délimite un décor champêtre composé de mélisse, marguerites , camomille, Campanula aliarifolia, lis, monnaie du pape Lunaria annua et d’acanthes. Le massif s’appuie sur une haie composée d’un sureau et d’un églantier à roses blanches. La bourrache ajoute quelques pointes de bleus.

Le terme monochrome n’est pas exact puisque le blanc s’associe inévitablement au vert des feuillages. Toutefois, ce dernier peut être adouci par l’emploi de feuillages gris ou panachés de blanc.

Pour éviter l’ennui d’un jardin monochrome, il est important de varier les genres et de veiller à introduire du rythme avec des éléments dominants, d’autres qui rempliront les espaces, apporteront du flou, du mouvement… Il n‘est pas interdit d’introduire quelques nuances de couleurs pâles ou quelques taches franchement colorées par endroit afin de faire vibrer les blancs.

Le blanc paraît également plus intense si vous installez ce massif devant un fond sombre composé d’une haie d’ifs, de houx vert foncé ou d’arbres au feuillage pourpre tels que le hêtre Fagus sylvatica ‘Purpurea Pendula’, le sureau Sambucus nigra ‘Gerda’ BLACK BEAUTY® ou l’arbre à perruque Cotinus coggygria ‘Royal Purple’.

2- Une large gamme de floraisons blanches

Variez les formes

Reine des prés, Filipendula ulmaria
Reine des prés, Filipendula ulmaria

Les possibilités sont si vastes que les conditions du terrain, les dates de floraison et les formes des inflorescences doivent pouvoir guider votre choix.

Associez des épis (Campanula persicifolia ‘Alba’, Delphinium, Veronicastrum virginicum) avec des ombelles (Ammi visnaga) ou des capitules (marguerites) ainsi que des formes plumeuses comme l’astilbe, la barbe de bouc (Aruncus dioïcus) ou la reine des prés (Filipendula ulmaria).

Variez les textures

Ombelles d’Ammi visnaga

Il est préférable d’alterner de grandes fleurs comme celles des pivoines, des lis, des agapanthes, des roses, des lupins, de l’Exochorda avec des floraisons légères comme celle de la gypsophile, du Crambe cordifolia, de la valériane blanche (Centranthus ruber ‘Alba’) ou encore de viornes (Viburnum plicatum). Les ombelles géantes des Apiacées comme l’Ammi visnaga (annuelle) ajoutent beaucoup d’élégance aux massifs.

N’oubliez pas les fruits comme les siliques de la monnaie du pape (Lunaria annua) qui ajouteront leurs reflets nacrés en fin d’été. Choisissez de préférence une forme à fleurs blanches qui reste fidèle par semis.

3- Jouez avec les feuillages

Cherchez à varier autant la texture des feuillages que l’architecture de la plante.

Les formes graphiques verticales

Helianthus salicifolius
Helianthus salicifolius

Pour donner de l’ampleur au massif, jouez avec les lignes verticales. La canne de Provence panachée (Arundo donax ‘Variegata’) mène ses tiges élancées jusqu’à 2 m. La baldingère (Phalaris arundinacea ‘Feesey’), à l’aspect très similaire, n’atteint que la moitié (120 cm en fleurs). Le Miscanthus sinensis ‘Zebrinus’ forme des gerbes amples de feuilles striées de blanc. L’Helianthus salicifolius essaimé ça et là crée comme des jets d’eau avec ses feuilles linéaires recourbées vers le sol. Pour rester dans la tonalité, supprimez les boutons de ses fleurs jaunes qui paraissent en septembre-octobre.

Les formes de remplissage

Elles se juxtaposent aux formes érigées pour donner de l’ampleur au massif. Tous les verts sont permis allant du clair doré au presque noir en passant par les argentés ou les glauques. En terrain sec, les feuillages gris des armoises offrent quantité de textures, très fines chez Artemisia canescens et A. ‘Powis Castle’, à feuilles larges, parfois dentées chez A. ludoviciana ‘Silver Queen’, etc. Vous pouvez les compléter avec la santoline, l’Helicrysum, la lavande, le romarin, l’Anaphallis

Les feuillages clairs

feuillage blanc clair jardin
Miscanthus sinensis ‘Cosmopolitan’ avec Echinops ritro, Phlox paniculata ‘Jacqueline Maille’ et Salvia farinacea ‘Alba’

Pour prolonger l’effet des floraisons, jouez sur la présence d’arbustes à feuillage panaché comme le Cornus alba ‘Elegantissima’, le Weigela florida ‘Nana Variegata’, l’Euonymus fortunei ‘Silver Queen’ ou le Rhamnus alaternus ‘Argenteovariegata’. Ajoutez un éclat argenté avec les larges feuilles d’un chardon aux ânes, d’un artichaut, d’un Eryngium

Pour aller plus loin :